Didier Marie répond à Eric Raoult

Dans un communiqué en date du 12 octobre, Eric Raoult, Député-Maire de Raincy (Seine Saint-Denis), réagissant à la récente décision du Département de Seine-Maritime de prendre l'initiative de réduire significativement (jusqu'à 50 %) les subventions d'équipement des communes qui ne répondent aux objectifs de la loi SRU, a qualifié de discrimination scandaleuse une délibération adoptée par le Département de Seine-Maritime le mardi 11 octobre dernier.

Didier Marie, Président de Département de Seine-Maritime, a été surpris qu'Eric Raoult, Député Maire de Raincy (Seine Saint-Denis), s'immisce ainsi dans le débat de la Seine-Maritime. Surpris mais guère étonné puisqu'en effet cet ancien ministre délégué à la ville et à l'intégration est un des 742 maires qui ne respectent pas les objectifs de loi « Solidarité et Renouvellement Urbains ».

« La gauche a inscrit le droit au logement dans les textes, il faut aujourd'hui l'inscrire dans les faits, précise Didier Marie, Président du Département de Seine-Maritime. Nous devons réagir devant la résistance de ces communes qui refusent de construire des logements pour tous. C'est inadmissible que les familles, les jeunes soient aujourd'hui contraints de quitter, contre leur volonté, leurs villes d'origine pour trouver à se loger . C'est notre devoir de solidarité. »

À l'instar des autres départements, la demande de logements sociaux insatisfaite en Seine-Maritime est forte (20 000 dossiers en attente).

Si toutes les communes avaient rempli les objectifs de la loi SRU, 1 500 nouveaux logements seraient d'ores et déjà disponibles.

Didier Marie, par cette décision, entend inviter les parlementaires à améliorer l'application de la loi SRU notamment en réduisant la durée de 20 à 5 ans pour que ces communes remplissent leur obligation.