Germaine Tillon une femme de son siècle

« L'asservissement ne dégrade pas seulement l'être qui en est victime, mais celui qui en bénéficie.»

Germaine Tillon

Elle a eu 100 ans hier, Germaine Tillon est une figure incontournable d'une ethnologie moderne non-colonialiste, de la Résistance Française et de la défense des droits de l'homme, déportée à Ravensbrück, où périra sa mère, Émilie.

Voici ce qu'en dit le Nouvel Obs:

De 1934 à 1940, la jeune ethnologue réalise quatre missions dans le massif montagneux des Aurès (sud-est algérien) sur la population berbère chaouia.
De retour en métropole en juin 1940, lors de la débâcle, Germaine Tillion, révulsée par le discours de Pétain annonçant l'armistice, cherche dès le 17 juin à résister et participe à la fondation du Réseau du Musée de l'Homme, le tout premier des réseaux de la Résistance.
Dénoncée et arrêtée en 1942, elle est déportée l'année suivante à Ravensbrück où elle résiste en restant ethnographe décrivant l'univers concentrationnaire. Cachée dans une caisse, elle écrit son "opérette-revue" sur l'enfer des prisonnières, pour distraire ses compagnes.
En 1957, en pleine bataille d'Alger, elle réussit à obtenir pour quelques semaines l'arrêt des attentats contre l'arrêt des exécutions capitales de militants du FLN, après une rencontre secrète avec Yacef Saadi, chef militaire de la région d'Alger. En même temps, Germaine Tillion s'élève avec véhémence contre la torture avec l'historien Pierre Vidal-Naquet ou le journaliste Henri Alleg.
Depuis 2005, une école de Saint-Mandé porte le nom d'Emilie et Germaine Tillion, par ailleurs l'une des cinq Françaises à avoir été élevée à la dignité de grande croix de la Légion d'honneur.

Le parcours de Germaine Tillon

30 mai 1907 : Naissance à Allègre (Haute-Loire).
1932 : Diplômée de l'Institut d'ethnologie, où elle suit les cours de Marcel Mauss.
1934-1937, puis 1939-1940 : Missions ethnographiques dans les Aurès. Elle s'intéresse aux systèmes de parenté.
1937 : Rencontre avec Louis Massignon, qui deviendra son maître et ami.
17 juin 1940 : Capitulation du maréchal Pétain. Elle entre dans la Résistance, dans le réseau « musée de l'Homme ».
13 août 1942 : Arrêtée sur dénonciation, avec sa mère, Emilie.
21 octobre 1943 : Déportée vers Ravensbrück. Sa mère y arrive en janvier 1944, y meurt le 2 mars 1945.
23 avril 1945 : Les SS remettent 7 000 prisonnières du camp à la Croix-Rouge suédoise.
1946 : Première édition de son livre Ravensbrück, récit précis, argumenté, analysé du camp.
1947 : Déléguée des déportées françaises au procès des gardiens de Ravensbrück à Hambourg.
1951 : Rejoint la Commission internationale contre le régime concentrationnaire (CICRC).
1954 : François Mitterrand, ministre de l'Intérieur, la charge d'une mission en Algérie sur le sort des populations civiles.
1955 : Au cabinet de Jacques Soustelle, gouverneur général d'Algérie, elle met en œuvre les centres sociaux.
1956 : Elle décrit les raisons économiques et sociales de la « tragédie algérienne » dans L'Algérie en 1957.
1957 : Rencontre clandestinement Yacef Saadi et Ali La Pointe, chefs du FLN, et obtient qu'ils renoncent au terrorisme en échange de la suppression des peines capitales côté français. La France ne respecte pas la trêve. Saadi est arrêté. Elle témoigne en sa faveur à son procès.
1958 : Elue directeur de recherche à l'Ecole pratique des hautes études, au laboratoire de littérature orale arabo-berbère. Elle y enseigne jusqu'en 1980.
1959 : Au cabinet du ministre de l'Education nationale, elle institue l'enseignement dans les prisons françaises.
1960 : Publie Les Ennemis complémentaires, où elle plaide pour une indépendance négociée, alertant aussi sur le sort des Européens d'Algérie.
1966 : Publie Le Harem et les cousins, son plus grand livre d'ethnologie. Elle y analyse le statut des femmes : « Toute société qui écrase les femmes se condamne elle-même à la mort. »
1986-87 : Présidente de l'association France-Algérie. Milite pour la reconnaissance officielle de la pratique de la torture pendant la guerre d'Algérie.
2000 : Publie Il était une fois l'ethnographie, recueil de textes issus de ses premières missions, qu'elle dédie aux immigrés algériens.
2001 : Publie A la recherche du vrai et du juste. A propos rompus avec le siècle, textes réunis par Tzvetan Todorov.

Source de la bio http://www.telerama.fr/