Licenciée pour un yaourt, elle doit être réintégrée

Une aide de cuisine qui avait été licenciée pour avoir consommé sans autorisation un yaourt de l'entreprise sur son lieu de travail devra être réintégrée, a estimé mardi un tribunal de Francfort (Allemagne).
Les juges ont ainsi donné gain de cause au recours de cette salariée qui s'opposait à son licenciement sans préavis.

Le patron de la société de restauration avait surpris son employée en train de consommer un yaourt d'une valeur de 40 centimes. Elle avait alors affirmé que la date limite de consommation était dépassée.

Mais le chef d'entreprise lui avait rappelé qu'il était strictement interdit de consommer ou d'emporter chez soi des produits appartenant à l'entreprise, sans les avoir payés, et lui avait signifié son licenciement.

Selon les attendus du tribunal jugeant les conflits du travail, une entorse au règlement intérieur de l'entreprise ne doit pas se traduire automatiquement par un licenciement.

En théorie, le vol ou la consommation par un salarié d'aliments peu chers appartenant à son entreprise peut entraîner un licenciement, ont toutefois observé les magistrats. Mais dans ce cas précis, pour un yaourt, une telle mesure ne se justifiait pas, selon le tribunal.

Si maintenant on réintègre les ouvrières voleuses, où va-t'on ?

Nypleusement votre...

Dédé

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://nypleut.paysdecaux.com/?trackback/1370

Fil des commentaires de ce billet