Souvenir d'enfance

Un jour, en cours d'histoire-géo, notre prof nous montre un beau dossier avec des dessins dedans.
Notre prof, c'était un ancien membre du mouvement "occident", un ami d'Alain de Benoist. Un pur et dur ! (D'ailleurs, qui a élevé ses enfants dans la tradition: Son fils, bien plus tard, a été candidat pour le Front National !)

Il nous dit qu'il vient de déposer des modèles de ce dossier, je ne sais plus où, pour ne pas qu'on lui pique l'idée et que son mouvement ait bien des droits d'auteurs.
Dedans, il y avait un beau dessin, avec un drakkar et un grand « N » dessus.

J'ai toujours bien aimé rigolé, j'ai dit : « C'est un "N" pour la "Haine" !»
Un copain à moi répond : « Non, c'est un "N" comme "Nazi" !»
Comme il avait pas entendu mon copain lui redemande si c'est un "N" comme "Nazi".

Il a affiché un sourire radieux, un œil éclatant pendant quelques instants, puis il a dit :
« Non, c'est un "N" comme "Naf'ique" (avec l'accent africain) »

Puis il a rigolé de nouveau !

Nypleusement votre...

Dédé

Commentaires

1. Le jeudi 26 janvier 2006, 18:51 par nicolas

Qu'est ce que l'on doit conclure de cette histoire?Que les Normands fiers de leurs racines et de leur histoire sont de sales nazis?Cela n'est-il valable que pour les Normands ? ceux qui arborent un triskel sur leur voiture sont-ils aussi mauvais?Je pense moi que c'est la négation de l'identité qui crée la frustation capable d'engendrer les pires haines entre les hommes.Quelqu'un qui sait qui il est n'a plus rien à prouver!

2. Le vendredi 27 janvier 2006, 00:31 par Dédé

Non, il n'y a rien à conclure de cette histoire, c'est seulement un souvenir d'enfance.
D'où vient le sigle et par qui cela a été fait !
Pour le triskel, je ne sais pas.

Vous avez raison, la négation d'une identité engendre la haine bien souvent, mais le nationalisme toujours...